6 & 7 avril 2019 : week-end dans la piémont italien pour l’A.O.C.

Il est 7H30 du matin et le départ est donné place des tilleuls à Montluel. Pierre notre chauffeur et son carrosse sont prêts pour les 4 heures de route qui nous séparent du piémont italien.

Nous arrivons à 12H00 à Barbaresco, charmante bourgade piémontaise qui surplombe la rivière Tanaro .

IMG_20190406_114853.jpg

Tout juste l’heure de prendre l’apéritif, ce qui sera fait à la cave BOFA dans le centre du Village

Nous nous restaurons rapidement sur une terrasse d’un charmant restaurant avant de nous rendre pour notre premier rendez-vous à la sortie du village, la cascina Albano.

IMG_20190406_143730(1).jpg

Marco nous accueille parfaitement et nous fait la visite dans un français impressionnant….

Marco est la 3e génération de viticulteur et il a des idées bien arrêtées sur la vin et la vigne. Le jeune homme croit en la biodynamie et dans le terroir…. »la nature transforme le raisin en vinaigre, l’homme la transforme en vin… »

Ici on produit 30 000 bouteilles par an, principalement du rouge et quelques blancs… après une visite des installations, nous sommes conviés à la salle prévue pour la dégustation… Dans le piémont, on déguste assis à une table… Au programme 3 blancs (2 pétillants) et un blanc fruité issu d’un cépage local (ARNEIS)… Ensuite 5 rouges qui nous feront monter dans la gamme des dolcetto, niebiollo…

Au bout des 2 heures riches et intéressantes, nous quittons l’endroit qui nous aura tous bien plus pour nous rendre du côté de TREISO pour la 2e visite.

IMG_20190406_162056.jpg

Quelques kilomètres nous séparent de la cave PERTINACE qui nous accueille.

On change de catégorie, car il s’agit d’une cave coopérative qui regroupe 17 producteurs différents et qui produit 650 000 bouteilles par an.

IMG_20190406_163942.jpg

Une charmante hôtesse nous fait la visite en anglais des installations et ensuite nous invite à rejoindre la salle prévue pour la dégustation.

Joli programme là aussi, encore un blanc (Arneis) pour commencer et ensuite on grimpe dans la gamme des rouges, docletto, niebiollo et barolo se déclinent pour notre plus grand plaisir.

IMG_20190406_171805.jpg

La journée se termine dans la jolie ville d’Alba toute proche où nous passons une sympathique soirée, toujours sous le signe des vins du piémont.

 

Dimanche matin pluvieux, ne nous empêche pas de nous rendre à notre 3e et dernière visite prévue. Nous nous rendons dans la village de NEIVE afin de visiter la Cantina Del Glicine

IMG_20190407_101625.jpg

Cet endroit est une des plus vieilles caves d’Italie et l’endroit indique 1582 sur son fronton. Nous visitons les installations avec une hôtesse qui officie entre le français, l’italien, l’anglais et l’espagnol… mais tout le monde se comprend.

Nous descendons les marches qui nous conduisent à une impressionnante cave catacombe qui se faufile sous la terre à 13m sous le sol.

IMG_20190407_103204.jpg

La visite terminée, nous rejoignons la table de dégustation au coin du feu, agrémentée de quelques douceurs (noisettes torréfiées à se damner…). Encore un blanc (Arneis) pour débuter et ensuite une montée en gamme dans les rouges là aussi…tout le monde est ravi

IMG_20190407_110111.jpg

Il est déjà midi et nous nous restaurons dans une auberge sympathique du centre du village avant de prendre la route du retour…IMG_20190406_135404.jpg

Un superbe week-end dans un cadre vraiment magnifique, des vins de très belle qualité et une très bonne ambiance… cette sortie dans les caves du piémont restera un très bon souvenir pour nous 5.

 

Merci à Yoann pour la préparation du week-end et à Pierre pour nous avoir magnifiquement conduit.

Quels vins servir avec le chocolat ?

Grand classique des fêtes de toutes sortes, le chocolat réjouit les palais des petits et des grands mais l’accorder ton sur ton relève parfois de la gageure. La caractéristique d’un bon chocolat, c’est d’abord son amertume, qui ne doit pas être masquée par le sucre. Puissance, persistance et onctuosité jouent aussi sur les accords.

Accords_mets_vins_chocolat-2Pour faire simple, jouons la carte des arômes.

Commençons par un accord original avec un vin jaune du Jura aux arômes extrêmement puissants (en particulier de noix) mais qui conviennent parfaitement à un chocolat plein et corsé (80% ou 85% de cacao) ou même sur un praliné.

Un banyuls, un rasteau, un rivesaltes ambré ou un maury, aux arômes de torréfaction, de sous bois, de tabac, iront volontiers avec un dessert au chocolat. Ces vins doux naturels, surtout ceux de type rancio, élevés sous bois durant de nombreuses années, possèdent une palette aromatique caractérisée par des notes de cacao, de torréfaction, de pralin, de pruneaux, de fruits secs, qui rappellent l’univers du cacao. Et comme ce sont des vins doux naturels, le contraste s’établit en bouche, où la douceur du vin s’oppose à l’amertume du cacao.

Poursuivons notre route en Hongrie, avec le Tokaji aux arômes d’abricot et de caramel. Il passera bien avec un bonbon de chocolat fourré à la ganache au chocolat au lait, ou sur un coulis de caramel au beurre salé.

Un Xeres pas trop sucré (un excellent Fino arrondi ou, mieux encore, un Pedro Jimenez), aux arômes d’amande, sera à apprécier sur un praliné amande bien sûr !

Un porto Tawny est également un bon choix. Sans oublier certains Jurançons légèrement moelleux, aux arômes de tilleul et de girofle, qui s’harmonisent bien avec les chocolats fourrés de type praliné et les ganaches aux épices. Sachez aussi que de grands classiques comme le lièvre à la royale peuvent être liés avec une sauce chocolat et que dans ce cas les grands vins rouges du Rhône forment généralement des accords inoubliables.

Pour ce qui est des spiritueux, les whiskies, rhums, cognacs et armagnacs sont des alliés de choix. Les tanins du chocolat ne supportant pas facilement la cohabitation avec d’autres tanins, il vaut mieux éliminer les whiskies trop tanniques, ainsi que les whiskies trop tourbés et iodés. Dans le cas des autres spiritueux, privilégiez des alcools très ronds en bouche, sans astringence et peu tanniques. Les rhums agricoles vieux voire très vieux sont parfaits sur les pralinés et les ganaches.

En règle générale, plus grande est la qualité de votre chocolat, meilleure doit être votre sélection de vin ou d’alcool !

Enfin une tasse d’un café fin, pas trop corsé, est – sur un autre registre – un des alliés incontournables du chocolat.

Article complet : https://www.idealwine.net/quels-vins-servir-avec-le-chocolat

Guide des millésimes, édition 2019 : La qualité et la garde des grands vins de 1998 à 2017

la RVF nous offre son guide des millésimes et il faut en profiter!!

Télécharger le guide…

cata rvf

[…] Sans céder aux généralités, car chaque vin a sa propre vie et chaque amateur ses goûts, on peut édicter quelques principes :

– La mention de garde est fondée sur les capacités décelées lors de la sortie du millésime, au vu des nombreuses dégustations des membres du comité dans toutes les régions de France. Ces avis ont été nuancés en fonction de leurs expériences.

– La vie du vin est un long fleuve tranquille, mais chaque millésime ne part pas dans l’existence avec les mêmes atouts. Si les conditions météo ont une importance extrême, l’art et le style du vigneron peuvent infléchir les tendances générales.

On peut donc conseiller de déboucher les vins :
• Garde très grande : entre 15 et 20 ans
• Garde grande : entre 10 et 15 ans
• Garde moyenne : entre 5 et 10 ans
• À boire : à déboucher pendant 2 à 5 ans
• Apogée : période pendant laquelle le vin présente toute sa complexité.

On fera la différence pour le même millésime entre des vins de catégories différentes. Les avis de ce carnet concernent les vins de milieu de gamme, Crus bourgeois en Bordelais ou Premiers crus en Bourgogne… On avancera ces conseils d’un ou deux ans pour des vins d’appellations génériques, prêts plus tôt, et on les retardera d’autant pour des vins de catégories supérieures (Crus classés, Grands crus…) qui demandent plus de temps de garde.

Bien sûr, les conditions de conservation dans une cave à température et hygrométrie contrôlées sont essentielles, une cave trop chaude accélérera le vieillissement, une cave trop froide ralentira l’évolution. […]

Article complet :

https://www.larvf.com/le-guide-des-millesimes-disponible-gratuitement,4622780.asp

La nuit où les viticulteurs ont combattu le gel avec des feux de paille

gel

Après les températures douces du mois de mars, une première alerte au gel avait été lancée début avril créant de vives inquiétudes chez les viticulteurs de France. Dans la nuit de samedi 13 à dimanche 14, de nombreux viticulteurs de Touraine ou de Bourgogne étaient sur le pied de guerre pour faire face à cette seconde alerte au gel. […]

Le gel est un véritable fléau pour les vignes car il peut anéantir toutes les futures récoltes. Les viticulteurs travaillent souvent avec des sondes installées dans les vignobles pour signaler les basses températures. Lorsqu’elles se déclenchent (à zéro degré), il est temps d’intervenir. Objectif: tenter de réchauffer l’atmosphère et éviter que les bourgeons gèlent.

Ainsi, au cours de cette nuit-là, des dizaines de viticulteurs ont allumé des bougies et mis le feu à de la paille mouillée dans le but de faire un maximum de fumée au lever du soleil. Cette technique de l’enfumage permet de créer un nuage artificiel pour protéger la vigne des basses températures et empêcher les rayons de soleil de brûler les bourgeons.

[…]

gel2

[…]

Article complet : http://www.lefigaro.fr/sciences/la-nuit-ou-les-viticulteurs-ont-combattu-le-gel-avec-des-feux-de-paille-20190414

Accords mets et vins de printemps : que boit-on avec les asperges ?

asper

Ah, les asperges … ! Réputées comme l’un des mets les plus difficiles à accorder avec les vins, elles sont pourtant succulentes et, on aurait bien tort de s’en priver … D’autant plus que les bons accords existent, notamment avec les vins en provenance de la Loire.

D’avril à juin pour les asperges blanches et de mai à juin pour les asperges vertes, c’est un met printanier dont la saison est relativement courte. Il ne s’agit donc pas de tergiverser et de se creuser les méninges pendant des mois pour trouver le vin qui les accompagnera parfaitement ! […]

Il faut dire que ce légume dispose de saveurs très végétales, racinaires, ferreuses, amers et vivaces, et d’une texture particulièrement fibreuse. A priori, il est vrai que les accords à table ne semblent pas des plus faciles. Il faut d’emblée éliminer tous les vins rouges (les tanins exacerberaient l’amertume des asperges et « écraseraient » ses saveurs délicates) et rester uniquement en blancs, secs et non boisés, plutôt fruités, très aromatiques et avec une belle minéralité. Dans le détail, on peut proposer différents accords selon la variété d’asperges.

Avec les asperges blanches, optez pour un sauvignon de Loire

L’asperge blanche doit sa couleur au fait qu’elle ne voit pas du tout la lumière du jour, puisqu’elle pousse entièrement sous terre. Cela lui donne un goût qui reste subtil, particulièrement délicat, très fin et une texture moelleuse. Pour accompagner ce type d’asperge, il faut donc un vin blanc sans aucune trace de bois, de bonne intensité aromatique et avec une certaine tension. Le sauvignon blanc est un cépage qui convient bien aux asperges blanches : ses notes végétales, fruitées et minérales, ainsi que son acidité assez marquée créent une belle harmonie avec ce met. Le choix de la Loire s’impose assez naturellement, que ce soit de Touraine, de Sancerre ou de Pouilly-Fumé.

Avec les asperges violettes, choisissez entre un muscat sec d’Alsace ou un chenin de Loire

L’asperge violette est une asperge blanche, dont on a laissé sortir de terre la pointe qui s’est alors colorée en mauve sous l’effet de la lumière. Elle se caractérise par sa sapidité et ses saveurs fruitées, ainsi qu’une légère amertume. Pour contrebalancer l’amertume de cette asperge, on peut choisir un muscat sec d’Alsace ou un chenin de Loire dont les saveurs très fruitées et la tension répondront aux saveurs de l’asperge violette.

Avec les asperges vertes, du viognier ou de la marsanne

Les asperges vertes poussent entièrement à l’air libre et la lumière du soleil lui donne sa couleur par le processus normal de synthèse chlorophyllienne. Il s’agit des asperges les plus tendres et dont le goût végétal est le plus prononcé. Ici, le choix du viognier de Condrieu (non boisé) apparaît des plus pertinents. Ses arômes exubérants de fruits jaunes et miel, leur matière onctueuse et la pointe d’amertume qui s’en dégage s’accordent parfaitement avec ces asperges. La marsanne du Rhône, qui partage le même type d’arômes que le viognier, mais avec une moindre intensité, fonctionne tout aussi bien.

A retrouver sur : https://www.idealwine.net/accords-mets-vins-de-printemps-boit-on-asperges/

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :